Lubaya Claudel André

Biographie

Il est plusieurs fois élu député national depuis 20063. Il fut également Gouverneur4 de l'ancienne province5 du Kasaï Occidental du 27 janvier 1999 au 26 mars 2006. Membre du bureau politique du PPRD, il est élu député dans la ville de Kananga (juillet 2006 à octobre 2010). Il démissionne6 de ce parti et renonce à son mandat d’élu pour cofonder l’Union pour la nation congolaise7. À la suite des tractations ayant conduit à la tenue du dialogue dit de l’Union africaine, il quitte l’UNC en septembre 2016 et adhère à l'Union Démocratique Africaine Originelle8 (UDA Originelle) dont il est élu Président jusqu’à ce jour.

Image
Il est réélu député national aux élections du 30 décembre 2018 et député provincial pour le Territoire de Kazumba. Il fut également Président du regroupement politique Alliance des Mouvements du Kongo9 "AMK" (2018-2020).
Face à la détérioration du climat politique, il consigne avec le Groupe de treize10 (G-13personnalités politiques et de la société civile l’Appel du 11 juillet 2020 en faveur d’un large consensus national sur les réformes institutionnelles et électorales majeures11. Le G-13 invite le Président de la République à entreprendre12, avec son gouvernement, dans le cadre de sa mission de garant du bon fonctionnement des institutions, l’initiative pour engager la communauté nationale dans la recherche d’un consensus nécessaire sur le processus électoral autour des options susceptibles de favoriser la concorde nationale.
 
Réélu député national pour un troisième mandat13 le 30 décembre 2018, il exerce, dans la chambre basse du parlement, la fonction de 2e vice-président de la commission de suivi et d’évaluation de l’exécution des lois14, des résolutions, des recommandations et des politiques publiques depuis mars 2019. Il est à l’origine de plusieurs initiatives de contrôle parlementaireauteur de la proposition de loi modifiant et complétant la loi N°10/014/ du 31 décembre 201015 à l’aviation civile et co-auteur de la proposition de loi modifiant la loi électorale N° 06/006 du 09 mars 200616 portant organisations des élections présidentiellelégislatives, provinciales, urbaines, municipales et locales.
 
Titulaire d’une licence en relations internationales de l'Institut universitaire des sciences sociales, économiques, philosophie et lettres (ISPL), il détient également plusieurs titres sanctionnant sa participation à diverses sessions de formation pour hauts responsables sur les études de sécurité, le renforcement des institutions de défense, la stratégie de sécurité nationale les relations civilo-militaires et l’économie de défense, organisées par l’Université de la défense nationale des États-Unis et le Centre d’études stratégiques de l’Afrique (CESA), un établissement universitaire relevant du Département de la défense américain basés à Washington DC.
 
Ce dernier organise des programmes qui permettent aux participants d’examiner des problèmes complexes et de trouver leurs propres solutions. Son siège est situé à Washington sur le campus de l’Université de la Défense nationale (NDU). Établi par le Congrès des États-Unis pour l’étude des problèmes de sécurité liés à l’Afrique, le centre est un espace de recherche bilatérale et multilatérale, de communication et d’échange d’idées. Il se veut être une source objective d’analyse stratégique sur les problèmes sécuritaires contemporains et futurs pour les professionnels du secteur de la sécurité, les décideurs politiques, les universitaires et les membres de la société civile africains, de même que les partenaires internationaux.
 
Dans ce cadre, Lubaya Claudel André dirige, depuis 2009, le chapitre RDC du Centre d’études stratégiques de l’Afrique, lequel chapitre fournit aux anciens étudiants un cadre de rencontre, d’échange et de partage d’informations et d’expériences afin de continuer à faire progresser les connaissances qu’ils ont acquises grâce aux différents programmes portant notamment sur le développement et la mise en œuvre de la stratégie de sécurité nationale, les stratégies efficaces de contre-insurrection (COIN) en Afrique, la gestion des ressources de sécurité en Afrique, la lutte contre le trafic illégal et la criminalité transnationale organisée, etc.
 
Comme parlementaire, il dispose d’une riche expérience pour avoir siégé, depuis quinze ans, dans l’hémicycle, avec trois mandats électoraux successifs. Au départ député de la majorité (PPRD 2006-2010), puis député de l’opposition (UNC 2011-2018) et enfin, député non inscrit puis député de la nouvelle majorité sous la bannière de l’union sacrée.
 
Il est auteur de plusieurs initiatives de contrôle parlementaires notamment : la commission d’enquête sur le circuit d’importation, de commercialisation et de conservation des vivres frais en République démocratique du Congo17 ; la mission d’information sur l’incursion, mieux la problématique des bakata Katanga en janvier 2013 ; la commission spéciale sur les tracasseries et exactions aux postes frontaliers du pays ; question écrite relative à la collecte et l’affectation des fonds du go-pass ; question écrite relative à l’acquisition d’une parcelle de terre par la DGRAD ; question écrite relative à l’intégrité des dépenses publiques dans le secteur de la défense et sécurité ; défaillance des équipements d’aide à la navigation dans l’espace aérien de la RDC et à l’approche de certains aéroports nationaux ; état d’avancement des travaux de construction du barrage hydro-électrique de Katende ; programme du gouvernement pour l’année 2020 ; Situation de la commission nationale de l’emploi des étrangers et de la protection de la main-d’œuvre congolaise contre la concurrence étrangère ; etc.
Jeunesse

Lubaya Claudel André est né le 27 février 1968 à Kinshasa. Il est le sixième fils de André Guillaume Lubaya et de Bernadette Badimanye, institutrice promue par l’école normale de Tshibala Sainte-Marie tenue par la congrégation des sœurs de charité de Heule.

Image
Pour s'être opposé à l'instauration du parti unique, son père, fondateur de l’Union Démocratique Africaine (UDA) en 1962, a été assassiné dans la nuit du 1er au 2 mai 1968.
Carrière politique

Le 27 janvier 1999, par décret du président Laurent-Désiré Kabila, il est nommé Gouverneur de l’ancienne province18 du Kasaï Occidental dont il est originaire. Après 7 ans à la tête de cette province où sa gestion est plébiscitée à l’unanimité, jeune gouverneur, il quitte ses fonctions le 26 mars 2006 au faîte de sa popularité. Sa gestion pragmatique est socialement reconnue, l’affirmant ainsi comme le digne héritier d’un destin politique inachevé : celui de son père André Guillaume Lubaya d’heureuse mémoire. L’histoire retiendra que son passage à la tête de la Province du Kasaï Occidental est marquée par la stabilité, la cohésion sociale, la tranquillité, la sécurité tant physique qu’alimentaire, la redynamisation de l’administration publique et la relance de l’économie locale. Avec son programme « Rendre espoir », il a su permettre à plusieurs millions de ses administrés de retrouver des raisons d’espérer par le travail au quotidien.

Image
Son passage au gouvernorat du Kasaï Occidental est marqué par une communication et une médiatisation importante, ce qui lui attire des inimitiés dans sa famille politique d’alors.
 
De l’avis de plusieurs observateurs, il ressort qu’à son accession à la tête de la Province du Kasaï Occidental, la population était presque abandonnée et vivait dans le désespoir : insécurité récurrente, inflation galopante, infrastructures délabrées, les communautés presque divisées à cause des tendances politiques et claniques diverses, la voirie inexistante, l’autorité de l’État bafouée, la jeunesse non encadrée, etc, étaient des fléaux qu’il avait trouvés sur place et qu’il était parvenu à endiguer, grâce à une gestion méthodique et rigoureuse des ressources disponibles, avec un programme d’action dénommé : "Rendre espoir sur le plan politique19économique, social et culturel à la population".

Ce programme avait pour objectif de restaurer l’autorité de l’état et garantir la sécurité des personnes et des biens ; favoriser la cohésion entre les communautés et promouvoir le bien-être de la population.
 
Après ses fonctions à la tête de l'ancienne province du Kasaï Occidental, la carrière politique de Lubaya Claudel André prend un nouvel élan car en 2006 les premières  élections générales consacrent l’avènement de la Troisième République. Il se présente alors à la députation nationale dans la ville de Kananga. Il sera élu sous la bannière du Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD) dont il fut l’un des membres signataires et co-fondateurs, parti initié par Joseph Kabila en 2002.
 
Devenu leader local grâce à l’appui d’une population acquise à sa personne avenante et la constance de son engagement démocratique, il y trouvera un ancrage pérenne. Par sa réélection en 2011 comme député national, puis le 30 décembre 2018 comme élu député provincial dans le territoire de Kazumba suivant le mode électoral en vigueur, il réalisera de la sorte le grand chelem.
Aussi n’est-il pas indifférent de voir dans cette série de succès électoraux une des pièces maitresses d’une volonté politique portée comme une profession de foi avec fortes convictions et pragmatisme.
 
En 2010, le PPRD, parti au pouvoir depuis 2006, envisage de réviser la constitution en faisant passer l’élection présidentielle de 2011 de deux à un seul tour. À la différence des membres du bureau politique du PPRD dont il fait partie, Lubaya Claudel André20 s’oppose au projet de révision constitutionnelle et quitte le parti le 10 septembre de la même année21. Tirant les conséquences de sa démission du PPRD, il renonce le même jour à son mandat de député national. Les annales parlementaires sont éloquentes à ce sujet21.
C’est ainsi qu’il rejoint l'opposition pour fonder à Johannesburg (Afrique du Sud), de concert avec Vital Kamerhe et Jean Bertrand Ewanga, l’Union pour la nation congolaise (UNC). De janvier 2011 à septembre 2016, il y assume la fonction de Premier Secrétaire Adjoint chargé de l’organisation et du suivi des activités des fédérations.
C’est alors que Joseph Kabila, achevant son second et dernier mandat, ne fait plus mystère de son intention de modifier la constitution afin d’en briguer un troisième. Dans cette perspective, il convoque un dialogue dit "de l’OUA" dont le format et l’objectif sont rejetés par la majorité de l’opposition politique.
 
De vives tensions animent les débats publics alors que les soupçons de repousser indéfiniment l'élection présidentielle font jour contre le projet de Joseph Kabila. À l’initiative d’Étienne Tshisekedi, l’idée d’un conclave pour fédérer l’ensemble des forces politiques prendra forme aux assises de Genval du 08 au 09 juin 201622 : Lubaya Claudel André23 y adhère sans réserve et prend ainsi part à ses travaux sous le leadership de feu Etienne Tshisekedi.  
À son retour à Kinshasa, il quittera l’UNC pour intégrer en septembre 2016, l'Union Démocratique Africaine Originelle24 en sigle UDA Originelle, parti fondé par feu son père en 1962. Le 15 octobre 2016, il sera élu Président pour un mandat de cinq ans.
Face à l’imminence des échéances électorales, il devient dès janvier 2017, coordonnateur de la plateforme Dynamique de l'opposition25 aux côtés de Martin Fayulu. À ce titre, il siège au sein de la Conférence des présidents du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement26 (RASSOP) sous le leadership de feu Étienne Tshisekedi, puis de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à partir de février 2017.

Dans le prolongement de cet élan collectif, devenu Président de l'UDA Originelle27, il prend part à la création de la plateforme politique "Ensemble pour le changement28" en mars 2018, sous la direction de l'ancien gouverneur du KatangaMoise Katumbi ChapwePar la suite, il prend la tête du regroupement politique Alliance des Mouvements du Kongo29 (AMK) qu'il fondera avec d’autres personnalités importantes.
À l'issue de la session extraordinaire du Bureau politique de l'UDA Originelle du 30 mars 2018, il engage le parti sur la voie de la conquête du pouvoir en prenant la résolution de participer aux élections.
 
C’est sur fond de vives dissensions au sein de l’opposition que Lubaya Claudel André refusera d'adhérer au mouvement Lamuka30 créé en soutien à la candidature présidentielle de Martin Fayulu. Prenant à contrepied ses alliés d’"Ensemble pour le Changement", il apporte officiellement son soutien à la candidature de Félix Antoine Tshisekedi jusqu'à son élection le 30 décembre 2018.
 
Il sera réélu à la députation nationale31 dans la Ville de Kananga, exerçant au sein de l'Assemblée nationale la fonction de Vice-président de la Commission de suivi et évaluation de l'exécution des lois, résolutions, recommandations et des politiques publiques32.
Image
Vie privée

Il est marié depuis août 1998 et père de sept enfants.
Détail des fonctions et mandats

Au niveau provincial
Image
A l'Assemblée nationale
  • Député de la circonscription de Kananga Ville (2006-2010)34
  • Président de la sous-commission forces armées (2006-2010)35
  • Député de la circonscription de Kananga Ville (2011-2018)36
  • Rapporteur de la commission de défense et sécurité (2011-2017)37
  • Député de la circonscription de Kananga Ville de 2018 à ce jour38
  • Vice-président de la commission de suivi et d’évaluation de l’exécution des lois, des résolutions, des recommandations et des politiques publiques de mars 2019 à ce jour32
Image
Fonctions politiques
  • Membre fondateur et Membre du Bureau politique du PPRD (2003-2010)39
  • Membre fondateur et Premier Secrétaire Général adjoint de l’UNC (2010-2016)
  • Président de l’Union Démocratique Africaine Originelle "UDA Originelle" (2016 à ce jour)40
  • Président du regroupement politique Alliance des Mouvements du Kongo "AMK" (2018-2020)41
Image
Publications
  • J'accuse Mobutu, assassin de mon père, Centre protestant de l'édition et de diffusion (CEDI), 200242; Éditions de la Fondation A.G. Lubaya, 2004
  • La commission d'enquête sur le circuit d'importation, de commercialisation et de conservation des vivres frais en République démocratique du Cogo17
  • La mission d’information sur l’incursion, mieux la problématique des bakata Katangaen janvier 201343
  • La commission spéciale sur les tracasseries et exactions aux postes frontaliers du pays44
  • Question écrite relative à la collecte et l’affectation des fonds du go-pass45
  • Question écrite relative à l’acquisition d’une parcelle de terre par la DGRAD46
  • Question écrite relative à l’intégrité des dépenses publiques dans le secteur de la défense et sécurité47
  • Défaillance des équipements d’aide à la navigation dans l’espace aérien de la RDC et à l’approche de certains aéroports nationaux48
  • État d’avancement des travaux de construction du barrage hydro-électrique de Katende49
  • Situation de la commission nationale de l’emploi des étrangers et de la protection de la main-d’œuvre congolaise contre la concurrence étrangère.
Image
Image

MES COORDONNÉES

LIENS INTERNET

NEWSLETTER

Search